Vivre en dépit des nuits*

ACR1.JPGEn 2014, la BNF consacre une exposition rétrospective au travail photographique d’Alix Cléo Roubaud. Au travers de plus de 200 photographies, on découvre l’œuvre de cette femme née canadienne au Mexique en 1952, mariée au poète et oulipien Jacques Roubaud et qui meurt le 28 janvier 1983, à l’âge de 31 ans d’une embolie pulmonaire. Oeuvre obscure, étrange, où chaque photo semble être un autoportrait, tant le corps de l’artiste est présent. Comme cette série intitulée « Quinze minutes la nuit au rythme de la respiration » où c’est le corps qui photographie : elle est allongée sur le dos et, prise d’une crise d’asthme, elle pose l’appareil sur sa poitrine et laisse l’obturateur ouvert pendant quinze minutes. Il ne faut pas s’attendre à un travail esthétique, à des tirages d’exposition aux bords soignés. Pour Alix Cléo Roubaud, « le négatif n’est que la palette du peintre » ; seul le tirage compte, résultat parfois de la superposition de plusieurs négatifs comme pour la série « Si quelque chose noir« .
Le travail d’Alix Cléo Roubaud me fait penser à celui d’une autre photographe, américaine, mort jeune elle aussi, puisqu’elle s’est donnée la mort à 23 ans. Francesca Woodman explore elle aussi, l’image de son corps, souvent fantomatique.
La BNF a publié un riche catalogue de cette exposition, où les photos d’Alix Cléo Roubaud sont accompagnées de deux textes introductifs à l’œuvre : « La photographie, la preuve » de Catherine Millet et « Tirer hors du noir » de Hélène Giannecchini.

* tiré du journal d’Alix Cléo Roubaud, Journal, éditions du Seuil, collection Fiction & Cie, 1984

Alix Cléo Roubaud : photographies : quinze minutes au rythme de la respiration : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, galerie 1, 28 octobre 2014-1er février 2015], Bibliothèque nationale de France, 2014

Pour en savoir plus :

Livres :

Le journal de Alix Cléo Roubaud a été adapté au théâtre sous le tire « La Chambre noire«  par la compagnie Athra & Compagnie.

Publicités
Cet article, publié dans Catalogue d'exposition, Livre de photographe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Vivre en dépit des nuits*

  1. Ping : Devenir un ange | Livres photos – livres d'images

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s